Aller à la barre d’outils
Poésie/Théâtre

Librairie Nouvelle : et son rendez-vous poétique !

Extraits d’un texte de Dominique Sampiero

Ne dites plus jamais c’est triste

Ne dites plus jamais c’est triste

le noir et blanc en général

et puis tenez je vais vous faire une liste

tant qu’on y est

histoire de régler le problème

une bonne fois pour toute

ne dites plus jamais c’est triste

le noir et blanc en général

mourir

parler des pauvres et du chômage

écrire des lettres à sa veuve

vivre sur le bord des routes

sans rien

ne dites plus jamais c’est triste

d’être tombé si bas

d’avoir mal tourné

d’en arriver là en général

mais c’est où là?

Ce là que vous pointez

avec une moue de dédain

et un air pincé

vous le savez, vous ?

Ne dites plus jamais c’est triste

la musique classique

la peinture Soulages

l’âme

ou la résurrection des morts

un jardin envahi d’herbes

le silence

Samuel Becket ou Une saison en enfer

parce que franchement

c’est triste le silence?

Ah bon?

C’est triste une maison vide

un magnolia tout fané

une vieille dame assise devant sa porte

le vide ou le néant

le hurlement des chiens

dans une forêt derrière le village

un homme qui quitte une femme

ou l’inverse le symétrique

un homme qui quitte un homme

un enfant qui quitte ses parents

triste de finir comme ça ?

Ne dites plus jamais c’est triste

comme ça

comme si de rien

un coup de couteau dans le dos

dites c’est triste

les yeux pleins d’étoiles

en pensant la vie est belle

même avec cette tristesse

collée à nos sourires

comme l’amour au bras

d’une mère

oui la tristesse est notre

mère à tous, se laisser bercer par elle

finit toujours par nous ouvrir les yeux

à la beauté

tombée en poussière

sous chacun de nos pas

et qu’est-ce qu’on s’en fout d’avoir raison

ou bien le dernier mot

pleurer sans raison

ça fait du bien non?

C’est tellement bon

Ne dites plus jamais c’est triste

s’il vous plaît

je vous en supplie

allez quoi?

Encore un petit effort

vous y êtes presque

voilà

c’est ça !

Bravo!

Merci

je savais que je pouvais

compter sur vous

je sens vos yeux plongés

dans les miens

et ça me suffit

c’est mieux quand c’est triste

à deux non?

Alors pourquoi

se mentir et s’inventer

des raisons de détester

celui qui pleure

en nous ?

Dominique Sampiero, Ne dites plus jamais c’est triste, Ed. La Boucherie Littéraire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles choisis
Police + ou -