Poésie/Théâtre

de la Poésie…

Amant de Flandre

Là au fond du plat pays j’ai envie de bras cette nuit

les bras de Wim ou de Mickiel les bras d’un flamand d’ici

dont je ne connais pas bien la langue

il m’apprendrait que pour dire hippopotame

on dit cheval du Nil

pour dire rhinocéros on dit nez-corne

dans ses bras je rirais d’apprendre les mots de l’amour

dans sa langue celle de ma mère

qu’elle ne m’a jamais parlé

Wim m’emmènerait faire le tour de la terre

avec ses vélos rigolos

qui racontent la Belgique

l’histoire du monde de toi de moi

parfois à deux dans la même direction parfois de dos

parfois sauter sur selle pour faire monter l’autre

le mouvement de balancier actionne le vélo

le rire de Wim gonfle la voile fantastique des bicycles

c’est l’heure entre chien et loup et sa femme est fleuriste

je les trouve beaux comme dieux du plat pays

ils partent manger des brochettes au village à côté

avec leurs deux chiens loups au coffre de leur voiture

Allez Wim emmène-moi

tes lèvres mangent le ciel des Flandres

ta langue défie la tempête

un coup de vent noircit les arbres

le long de ton canal

j’ai le cœur triste mon dieu

oh mon dieu triste

les mouettes se rient de moi

Allez prends-moi dans tes bras

ancre-moi au plat de ton pays

tu ne comprendras pas

les nuances de ma tristesse

ça nous fera tellement rire

s’il te plaît Wim au ciel des Flandres

emmène-moi

Laurence Vielle, Ouf, Ed. MaelstrOm reEvolution

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles choisis
Police + ou -
Aller à la barre d’outils